Bassin de l'Avre

Dans le cadre du schéma Départemental de coopération intercommunale du département de la Somme, le syndicat Intercommunal de la Vallée de l’Avre et ses affluents a été dissous le 31 mars 2014.
L’article 2 de l’arrêté préfectoral du 27 mars 2014 portant dissolution du syndicat précise que « l’actif et le passif seront affectés aux communautés de communes intéressées selon le linéaire les concernant ».
C’est pourquoi depuis le 1er avril 2014, la communauté de communes du Grand Roye est en charge de la bonne gestion de l’Avre, pour ses 6 communes riveraines : Roiglise, Verpillières, Roye, Saint-Mard, L’Echelle saint Aurin, Villers les Roye, soit un linéaire de 13 km.
Cette compétence « Protection et mise en valeur de l’environnement » consiste à réaliser les études et exécuter tous les travaux et actions présentant un caractère d’intérêt général et ayant entre autres pour objectif :
► De lutter contre les inondations, le débordement des cours d’eau, l’érosion des sols et le ruissellement générant des coulées de boue
► De maintenir les cours d’eau dans leur profil d’équilibre et de permettre l’écoulement naturel des eaux
► De restaurer ou de maintenir dans leurs fonctionnalités naturelles les cours d’eau afin de garantir leur bon état écologique.
 
L’Avre et ses deux affluents (les trois doms et la Braches) sont des cours d’eau non domaniaux totalisant un linéaire de 60 km et traversant 28 communes réparties sur 3 communautés de communes : Communauté de communes du Grand Roye, communauté de communes Avre, Luce, Moreuil et communauté de communes du canton de Montdidier.
 
Dans un esprit de continuité, de cohérence, de mutualisation et de vision globale du réseau hydrographique, les 3 collectivités ont souhaité poursuivre les projets mis en place par le syndicat intercommunal de la vallée de l’Avre, dont la gestion a été confiée au syndicat mixte AMEVA en 2008.
 
Qu’est-ce que l’AMEVA ? 

Ce syndicat mixte a été créé suite aux inondations de la somme en 2001 afin de proposer une stratégie de prévention des crues à l’échelle du bassin versant. Son champ d’action s’est rapidement élargi à la restauration de cours d’eau, à l’élaboration et la mise en œuvre des deux SAGE du bassin ainsi qu’à l’animation du dispositif Natura 2000. Plus récemment, de nouvelles missions relatives à l’eau potable et à l’assainissement sont proposées aux collectivités. L’AMEVA a été reconnu Etablissement Public Territorial de Bassin en 2013. Chaque collectivité membre peut solliciter un conseil, une expertise, ou toute autre mission d’assistance technique, administrative ou juridique dans le domaine qui la concerne.
 
L’AMEVA a donc réalisé une étude préalable à la mise en place d’un plan de gestion. La première phase de 5 ans de ce plan de gestion (2010-2014) a fait l’objet d’une procédure de déclaration d’intérêt général et d’autorisation « loi sur l’eau ».
La deuxième phase du plan de gestion doit être mise en œuvre sur l’ensemble du réseau hydrographique. Cet outil permet de fournir une feuille de route technique sur les travaux d’entretien et de restauration, mais aussi d’obtenir des financements dans le cadre du Plan Somme.
 
Dans ce contexte, les collectivités ont jugés utile de signer une convention de Co-maitrise d’ouvrage en désignant la communauté de communes du canton de Montdidier (qui possède le plus grand linéaire de rivière sur son territoire) comme maitre d’ouvrage opérationnel pour la réalisation des travaux d’entretien et d’aménagement sur l’Avre et ses affluents.
 
Actions menées sur le territoire
 
Au début du printemps 2014, les riverains ont pu constater des problèmes d’écoulement des zones humides et étangs attenants à l’Avre et un niveau de l’eau relativement élevé par rapport à la normale. En effet, un hiver doux ainsi qu’une forte pluviométrie hivernale ont provoqué le développement massif de la végétation aquatique. S’ajoute à cela la possibilité de présences d’embâcles (obstacles type arbres tombés dans la rivière…) qui peuvent gêner le bon écoulement de l’eau.
Suite à ces observations, la communauté de communes du Grand Roye a fait intervenir l’AMEVA.
C’est l’AREMA, attributaire du marché de travaux d’entretien 2013-2014, qui est intervenue sur le terrain, sous la supervision de l’AMEVA.
 
Avril 2014 :
16 avril : faucardage mécanique à Saint-Mard suite aux problèmes d’écoulements des zones humides et étangs. Après l’intervention, les étangs se sont « vidanger » vers le cours d’eau et le niveau de l’eau a baissé de 5 cm.



29 avril : faucardage à l’Echelle Saint Aurin. Présence d’un embâcle repéré.

Juillet 2014 : vérification sur le terrain de la baisse du niveau de l’eau et de l’état de reprise de la végétation.



Août 2014 : fauche des berges sur les secteurs accessibles par le public, retrait d’embâcles, faucardage.

Septembre 2014 : pêche électrique à l’Echelle Saint Aurin. Cette pêche consiste à faire l’inventaire de l’ensemble des poissons de la rivière sur 80 à 100m de longueur par deux passages durant lesquels est envoyé un courant électrique. Les poissons sont ainsi immobilisés mais vivants. On détermine chaque espèce présente, le nombre, la taille et le poids de chaque individu. Le but de cette action est de suivre la population piscicole suite aux travaux préconisés dans le plan de gestion.



Octobre 2014 : fauche des berges, entretien des plantations, fauche de la renouée du Japon (espèce invasive) et faucardage sur les communes de Roiglise, Roye, Saint-Mard et l’Echelle Saint Aurin.


 
Newsletter
Inscrivez-vous gratuitement
pour ne rien manquer de l'actualité
Nos coordonnées
Rue Pasteur prolongée
80500 Montdidier
Tél: 03 22 37 50 50
SONDAGE
Avez-vous trouvé les informations que vous recherchiez sur notre site ?